[Accueil] [Pédagogie] [Histoire] [Géographie] [Mon cyberportfolio] [Projets


 

Ma formule pédagogique privilégiée :  le projet

 

Dans une précédente réflexion portant sur ma conception de l'enseignement après quatre années de formation universitaire, je terminais le premier paragraphe en disant :  «Je reconnais maintenant que l’acquisition de connaissances chez un individu est un processus de construction plutôt qu’une ingestion d’informations qu’il capte grâce à son sens auditif».

Maintenant, il est important que je fasse savoir comment j’envisage organiser l’enseignement pour permettre à l’élève d’en arriver à cette fin, et de faire ressortir les avantages qui ont orienté mon choix.

Pour permettre la construction des connaissances chez mes élèves, plusieurs méthodes s’offrent à moi. Cependant toutes ne conviennent pas à l’enseignant que je suis devenu et à la conception que je me fais de l’élève, de l’apprentissage et de l’enseignement tel que je l’entends. La pédagogie par projet me semble l’approche idéale, et ce pour plusieurs raisons. Tout d’abord, elle place l’apprenant au centre de l’action, il devient donc le premier responsable de son apprentissage, "le pivot de son apprentissage". Elle permet aussi de lui laisser une grande latitude dans la production qu’il doit réaliser, de cette façon cette approche suscite l’intérêt, et éveil la motivation chez l’élève. Mais cette pédagogie va beaucoup plus loin, elle permet d’acquérir, de développer des compétences qui sont indispensables à la vie de tous les jours. Par exemple la résolution de problème, la recherche d’information, elle développe aussi le sens critique, l’attitude réflexive, la coopération entre ses paires, et bien sûr, si cette pédagogie est utilisée dans un contexte où les nouvelles technologies de l’information et de la communication sont présentes, l’élève développera des habiletés et des compétences dans ce domaine. Cette approche permet aussi de favoriser l’interaction entre les acteurs sociaux. J’entends par les acteurs sociaux : les élèves, les enseignants, la direction, le service éducatif, d’autres classes, l’école, mais aussi des agents extérieurs (spécialistes, scientifiques, classes …) avec qui l’apprenant rentre en communication pour obtenir de l’information, ou de l’aide, afin de réaliser son projet, mais aussi pour éventuellement lui présenter sa production. Voilà donc les raisons pour lesquelles je vais appliquer la pédagogie par projet dans mes classes. Je considère qu’elle est actuellement le substrat le plus fertile que je connaisse, dans lequel la jeunesse du secondaire doit s’enraciner, pour lui permettre le développement et la croissance de ses compétences et de ses connaissances.

 

Laurent Guillotin, février 2000